Tiens donc ! Me direz-vous… Mais comment cela se fait-il ?

Bon, je vous avoue que cette certitude n’en était pas une au tout début de ce que j’appellerai mon voyage personnel de découverte de mon moi en tant que « femme naturelle ». En effet, si vous m’aviez posé la même question il y a de cela 5 ans, la réponse serait définitivement différente.

J’ai commencé ce voyage d’appréciation personnelle après mûre réflexion (l’âge aidant J) et parce que j’en avais marre de me dépigmenter la peau (oui je le faisais certes légèrement mais je le faisais) et de dépendre des tissages et perruques uniquement pour me sentir belle.

Dès le moment où je me suis rendue compte que je voulais découvrir mon moi, ma beauté d’origine, je n’y suis pas allée par 4 chemins. Je me suis rasée les cheveux et j’ai jeté mes produits dépigmentant. Eh oui ! Il n’était pas question d’y aller étape par étape comme me le disaient les femmes qui m’entouraient : « tu vas noircir d’un coup et tu seras moins jolie » ; « défrise tes cheveux au moins une fois par année », etc.

Je ne vais pas vous mentir, lors de mon périple de « nappy girl » et de recherche de réappropriation de ma peau noire, il m’est très souvent arrivée de douter mais je n’ai jamais flanché. Le doute n’était pas dû au découragement face au temps que me prenait mes soins ou au constat que mes cheveux ne poussaient pas vite comme je le voulais. Oh non ! Il était dû le plus souvent à la surprise de découvrir mon vrai moi physique devant le miroir avec mes cheveux nappy et ma peau ébène. J’étais tellement différente de ce que j’étais avant ! J’étais aux antipodes des standards de la beauté dans cette société occidentalisée, et pourtant tellement belle. Mais cette quête était ancrée au plus profond de moi !

Impossible de reculer, j’étais lancée. Et heureusement d’ailleurs car je n’ai jamais autant été convaincue de faire ce qui est le mieux pour moi qu’avec cette aventure. De plus, de voir les regards et d’entendre les commentaires d’appréciation et d’admiration de mon entourage à base de :

« waouw, comment tu as fait pour avoir de si beaux cheveux ? » ; « tu mets quelle crème pour faire pousser tes cheveux ? » ; « ta peau noire est tellement belle, lisse, brillante », etc, fût une source de satisfaction personnelle sans commune mesure.

Quatre années après, me voilà en totale pamoison devant mon moi, celle que je vois devant le miroir. Que dis-je ? Je suis devenue folle dingue de mes cheveux et de ma peau que j’ai appris à dompter, à amadouer, à chérir et à aimer de toutes mes forces pour mon plus grand bonheur.

Avec ce voyage de quête de moi-même, j’ai remarqué que plus je prenais confiance et aimait ce moi que j’apercevais dans le miroir, plus je reflétais naturellement cette confiance surtout dans mon milieu professionnel et avec mes relations amicales. Une sélection naturelle s’est faite et je me suis faite ma place professionnelle sans grands efforts dans des milieux pas très ouverts à la diversité.

Ma quête n’en est pour autant pas finie car je ne serai satisfaite que quand j’entendrai mon entourage féminin me dire : « c’est bon, tu as raison, je n’ai pas besoin de cette perruque pour me sentir belle car je le suis avec mes cheveux. » Je le dis, la perruque doit être une option et rien d’autre !

Vous avez besoin de motivation ? D’encouragements ? De forces ? De conseils ? Rejoignez l’aventure et libérez cette MAGIE de la beauté noire et des cheveux afro.

Shea’Biscus est vôtre.

Nita

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *